Comme si de rien n’était...

Hier j’étais place de la Bastille. Pour manifester, et me faire une idée de ce mouvement social, qui occupe tous les médias. J’ai pris mon appareil photo au cas où l’envie d’immortaliser un instant de cet événement se présente. Des photographes, il n’en manquait pas : professionnels ou non, tout le monde filmait, capturait le moindre mouvement.

Je n’ai pas eu envie de photographier les manifestants et après avoir fait le tour du bassin de l’Arsenal en regardant les pavés de la place de la Bastille, une étrange impression de déjà-vu (série Défense d’afficher : ICI)

De cette manifestation il ne restera pas grand-chose si ce n’est l’avant (le récit de son interdiction, son parcours limité, les craintes qu'elle suscitait…). Ce matin l’actualité européenne a repris le dessus. Vers 18h, hier, avant même que la place de la Bastille soit totalement évacuée, les balayeuses sont arrivées pour nettoyer et retirer toutes ces preuves, comme si de rien n’était...