Ce qui restera...

Aujourd’hui, Gare de l’Est, les cheminots se sont retrouvés pour manifester. J’ai trainé dans la foule, écouté les discours interminables avant que le cortège ne se mette en marche. Au fur et à mesure, la rue, fermée aux voitures, se vide. Quelques traces du passage des manifestants jonchent le sol, attendant passivement que les balayeuses s’activent.

J’envoie un sms a mon amie Claire-Odile pour lui dire que je suis à la manifestation, son ami est cheminot. Elle s’interroge sur ma présence, je lui explique.

Je fais des photos des papiers sur le bitume.

C’est horrible, c’est le symbole de ce qui restera… quasi rien.

Voici donc le troisième volet de ma série sur les traces des mouvements sociaux. Après Défense d’afficher sur les élections en Tunisie ICI et Comme si de rien n’était sur la manifestation contre la Loi Travail ICI.