« Les hommes de l’art (particulièrement en chirurgie, en réanimation, dans les SAMU, dans les amphithéâtres) ont bien souvent pour modèle idéal celui du guerrier impavide qui n’est, au moins en apparence, affecté par rien. Le blindage est de mise, cette armure psychique n’excluant d’ailleurs pas nécessairement le souci de l’autre, ni la compassion. »

Marie‐Christine Pouchelle, L’hôpital ou le théâtre des opérations. Essais d’anthropologie hospitalière.