Puisqu'il faut un début

2016jbalague_maladrerie_1-2.jpg

Mon projet entend être un état des lieux de la résidence de la Maladrerie à Aubervilliers. Utopie architecturale construite dans les années 70-80 par Renée Gailhoustet, cette ensemble atypique mêle béton et verre, terrasses végétalisées et formes angulaires, laissant une grande place à la circulation piétonne et à la végétation. Je souhaite étudier comment les intentions d’une architecte se sont confrontées au quotidien des habitants. Quartier au carrefour de plusieurs réalisations du Grand Paris, il s’apprête à vivre de nombreux bouleversements (arrivée d’une nouvelle ligne, réhabilitation du Fort d’Aubervillers...).

A la croisée entre le documentaire et la fiction, ce travail présentera d’une part de la photographie d’architecture, d’autre part des portraits des habitants in situ.  C’est en utilisant le champ lexical et des techniques d’éclairage inspirées du cinéma et du théâtre, que je souhaite accentuer cette confrontation utopie / quotidien. J’aimerais au travers de mes rencontres répondre à la question : Comment l’urbanisme devient-il le laboratoire d’une identité ?

Non classéJulie Balagué